4) La production en masse commence, et les épandages se suivent pendant toute la guerre du Vietnam.


L’agent orange fut le plus efficace des défoliants car il contenait une substance très fortement toxique : la dioxine, qui était particulièrement puissante, efficace et de surcroît très tenace dans la nature (aujourd’hui encore, la dioxine est omniprésente dans la jungle du delta du Mékong même si ses effets contre la végétation se sont estompés).

 

Durant toute la guerre du Vietnam, l’agent orange fut produit en masse dans les usines chimiques américaines et néo-zélandaises, des stocks importants furent envoyés au Vietnam et la majorité de ce produit fut entreposé dans la célèbre base aérienne de Da Nang qui était la base la plus active du Sud Vietnam. Les citernes remplies des défoliants furent ensuite partagées entre les bataillons spécialisés dans l’épandage de ces substances. Lorsque les américains chargeaient l’agent orange dans les soutes des avions ou des hélicoptères, ils le faisaient sans aucune protection par simple ignorance de l’extrême toxicité du produit. Il en était de même pour les opérateurs des avions et des hélicoptères qui ouvraient les valves des soutes pour libérer le produit. Ainsi, nombreux ceux qui furent en contact direct avec l’agent orange.

 

Ainsi, de 1962 à 1971, les américains en déversèrent 84 millions de litres sur le sud Vietnam et particulièrement dans le delta du Mékong, véritable enclave nord vietnamienne au Sud.

 

La forte quantité d’agent orange déversée s’explique par l’extrême urgence de la situation, les chiffres et estimations effectuées par une étude de la CIA révélant que tant que les maquisards se trouveraient dans la jungle la situation ne pourrait s’améliorer et pire encore, l’engagement américain serait voué à l’échec.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site