1) L’Amérique se retrouve surprise par la nature des hostilités.

 

La guerre du Vietnam fut un nouveau  type de guerre ; d’une guerre conventionnelle, l’armée américaine et ses alliés tombèrent face à un combat plus sournois : une guerre de guérilla. Dans les premières années du conflit (et jusqu’à la fin), les Américains suivirent l’exemple des Français en Indochine et de la seconde guerre mondiale ; ils déployèrent des moyens lourds de destruction massive mais pleinement efficaces que contre une guerre conventionnelle. En effet, une masse de bombes est certes efficace mais encore faut-il trouver la cible ce qui, au Vietnam est loin d’être évident. 

 

En effet, face à ce type de combat, les américains s’aperçurent vite (dès 1960, après un rapport des forces spéciales et de la CIA qui étaient alors déjà sur place secrètement depuis la fin des hostilité contre les Français) que les armes utilisées telles les bombes au napalm ou les raids des bombardiers se montreraient inefficaces pour déloger les maquisards (ou « Viêt-Cong ») de leurs innombrables caches et tunnels omniprésents dans le delta du Mékong.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×